Nous sommes tous RAVIS !

L’heure du défi !

affiche fespaco 20145

Le Fespaco 2015 accueillera-t-il les premières « RAVIS » ? 

réponse : très prochainement

Les « RAVIS » sont les Rencontres Africaines de Vidéo Scolaires.

Elles ont pour ambition de présenter sur grand écran des films réalisés par des lycéens.

Il est grand temps que les films réalisés depuis 10 ans par les lycéens du Burkina Faso sortent des tiroirs et trouvent leur public.

Les CBN 3

TV BRUITS : http://tvbruits.org/spip.php?article2052

L’appétit du jeune public pourra  « réveiller » le cinéma africain

Une réponse à l’article du Monde –   »D’où viendra le réveil du cinéma africain  » de Thomas Sotinel – septembre 2014

 

Aujourd’hui, l’accessibilité  des instruments techniques du cinéma, grâce au numérique, représente vraie une chance pour le réveil du cinéma africain.

Elle permet à moindres frais la création d’un cinéma proche des réalités ; celui qui s’incarne dans la réalisation de séries reflétant les préoccupations sociales, de documentaires interrogeant les rapports entre tradition et modernité, ou de films de fiction à l’écriture plus recherchée.

Quel public africain pourrait s’intéresser à ce cinéma éloigné des grosses productions irréalisables pour l’instant en Afrique ?

Celui qui aurait été sensibilisé à voir et à faire le cinéma autrement.

Depuis plus de trente ans, en France, avec l’apparition de la vidéo légère, l’enseignement du cinéma au lycée est proposé en tant que discipline artistique. Des milliers de lycéens ont pu s’initier à la réalisation et découvrir des films qu’ils n’auraient jamais eu l’idée de voir en dehors de cet enseignement.

Personne n’a évalué encore l’impact de cette éducation au cinéma sur la demande de films de qualité du public français. Pourtant il n’est certainement pas négligeable.

 

Mettre un appareil photo numérique, un ordinateur portable à la disposition des lycéens africains pour leur permettre  de faire des films qu’ils peuvent ensuite partager grâce à un vidéo projecteur et Internet, c’est satisfaire enfin leur envie de parler du monde qui les entoure.

 

Au Burkina Faso,depuis plus de dix ans, des militants burkinabè et français s’emploient à développer un enseignement du cinéma en lycée.

C’est une question de justice. Pourquoi les lycéens africains ne pourraient-ils bénéficier d’un enseignement artistique ? Devraient-ils attendre la pleine satisfaction de tous les besoins essentiels du pays avant qu’on ne leur propose un enseignement artistique considéré comme un luxe ? Alors qu’il  y a tant à dire , tout de suite, sur cette Afrique en pleine ébullition. Donner la capacité à s’exprimer devrait constituer une priorité de l’éducation, de même que l’accès aux films de tous les patrimoines.

 

Grâce à des actions diverses du Ministère de l’Enseignement Secondaire au Burkina, du soutien de réalisateurs locaux  (comme Gaston Kaboré, Guy Desiré Yaméogo, Fanta Régina Nacro : tous parrains de club cinéma en lycée), de l’appui de lycées français et d’associations (clubs UNESCO) des films de lycéens ont été réalisés  régulièrement au Burkina Faso, et ce depuis 2005. Plusieurs ont récolté des prix dans des festivals de films lycéens français.

Ces actions sont fortement  à encourager. Et  la mise en chantier d’un espace de projection de films lycéens, au sein du prochain FESPACO au Burkina Faso (28 février- 7 mars 2015) est un événement qui œuvre dans ce sens. Il s’appuie sur  l’idée que ce sont les Africains eux-mêmes qui feront éclore le cinéma qui leur manque.

« Il y a un travail urgent et massif de réappropriation de nous-mêmes, de notre regard, de notre perception du monde et de remobilisation de nos énergies mentale, psychologique et sociale ainsi que de reconquête de notre imaginaire et de notre génie. Le cinéma doit y contribuer de la façon la plus incisive et l’Afrique a à peine commencé à générer le cinéma qu’elle mérite sur les plans qualitatif et quantitatif. Les Africains ont à peine commencé à se voir par leurs propres yeux et à se raconter avec leurs propres mots et leurs propres images. »

Gaston Kaboré – entretiens avec Olivier Barlet décembre 2007

 

L’expérience burkinabè mérite sans doute d’être mieux soutenue, mieux connue et valorisée tant au niveau national, sous-régional qu’international.

Car donner l’accès à l’enseignement du cinéma dès le lycée offre un champ d’expression à  la créativité des élèves et participe à la création d’une demande de qualité de la part d’un public éduqué. C’est une des voies pour le  développement du cinéma africain.

Evariste Pooda & Jean Pacholder : enseignants en cinéma au Burkina Faso et en France – club UNESCO des RLV.

 

 

En attendant cette rencontre 2015 autour  des films lycéens au Burkina:

LE PALMARES DES RENCONTRES LYCÉENNES DE VIDÉO 2014 

vous y retrouverez « FOHAR »

et l’ambiance du festival

http://rlv65.fr/spip.php?article61

 

Derniers commentaires

  • annick lebédyk commentaire sur Travail urgent !
    "Une si belle et riche aventure qui relie tant de gens méritait bien d'être racontée......"

Articles récents

L’inspiration des RLV

un printemps créateur 

C’est le printemps pour  3 clubs cinéma au Burkina: lycée mixte de Gounghin, Lycée départemental de Kampti, lycée municipal de Bobo.

***

Page_1

Et Thônes émois : voir le making of sur Vimeo  https://vimeo.com/91547193

Et Thônes émois : voir le making of sur You tube : http://youtu.be/Wm4QU7XQkBI

*****

Au cours de son séjour  au Burkina (février) la délégation du  lycée Saint Joseph de Thônes (cf Cinéburkina News au dessus) ne s’est pas contentée de tourner le film co-écrit avec l’Atelier du lycée Mixte. Elle  est allée à Bobo  réveiller le club cinéma du lycée municipal. Deux courts métrages ont été tournés. Un ordinateur pour le montage a été laissé. Dès son retour en Savoie, tout a été préparé pour recevoir au mieux la délégation du lycée Mixte.

Au lycée départemental de Kampti (article à venir) grosse mobilisation pour le tournage d’un film qui participe aux 26èmes RLV de Bagnères (28 mai – 1er juin 2014). Une petite délégation se prépare à venir pour présenter un film sur le thème  » DEFI ».

Ci dessous le palmarès 2013, en attendant celui de 2014

PALMARES RLV 2013

film 1       Bienvenue à Jardiland  -  http://youtu.be/inzQnxhmkro               Lycée Général et Technologique Paul Duez   – Cambrai

film 2      J’assure à donf                 - http://youtu.be/L4s56u8pRt0                Lycée professionnel Pierre Joseph Laurent   – Aniche

film 3      Heirava                              -  http://youtu.be/x0bINpow30k              Lycée Tuianu Le Gayic de Papara                     – Papara Tahiti

film 4     Bla Bla Bla                         –  http://youtu.be/JwDCPXtkchE             Lycée agricole Philippe de Vilmorin                - Bar le Duc

film 5     Jamais seul                       –  http://youtu.be/7xdXP-UHkWY           Lycée polyvalent Victor Duruy                          -  Bagnères de Bigorre

film 6    Guerre Froide                    -  http://youtu.be/jrXcwUrV6go                Lycée professionnel Henri Senez                      -  Hénin Beaumont

film 7    Beauvisage                         –  http://youtu.be/Q3ahxwkKJyw             Lycée Baudelaire                                                    - Annecy

film 8 Méprise scénaristique       - http://youtu.be/X_1_e-77Gb4                 Lycée Polyvalent Carnot                                      - Bruay la Buissière

film 9  Le Bic                                    - http://youtu.be/CskPZSGCriY                 Lycée départemental de Kampti                         – Kampti (Burkina Faso)

 

 


ligne de mire : développer l’enseignement du cinéma en lycée au Burkina Faso.

 Cinécole-oburkina » c’est ma blog-contribution à ce projet. Un endroit sur la toile où pourraient s’arrêter un moment tous ceux qui voudraient se désaltérer de souvenirs, d’impressions, et se recharger les batteries avec des nouvelles, des photos, des films pour lesquels ils ont été acteurs, réalisateurs, inspirateurs, ou qu’ils ont tout simplement aidé à exister. Un blog état des lieux. Un hall de gare où circulent ceux qui prennent le train en marche pour aller vers ce bord de la mer au Burkina où l’école s’offre à tous, où l’on apprend tout ce qui est nécessaire pour vivre bien; l’art de grandir avec les arts.  Avant de monter dans le train on pourrait prendre au kiosque  de la gare quelques idées à mettre en oeuvre dans ces wagons classes. Je pourrais jouer le vieux père Méliès en vous conseillant quelques jouets qui font recette, quelques  cours, quelques liens. Je pourrais surtout faire l’auberge espagnole en faisant circuler vos contribution de toutes sortes.

Jean Pacholder – formateur en cinéma audio visuel – Club Unesco des Rencontres Lycéennes de Vidéo de Bagnères de Bigorre.

« Il y a un travail urgent et massif de ré-appropriation de nous-mêmes, de notre regard, de notre perception du monde, et de re-mobilisation de nos énergies mentale, psychologique et sociale, ainsi que de reconquête de notre imaginaire et de notre génie. Le cinéma doit y contribuer de la façon la plus incisive et l’Afrique a à peine commencé à générer le cinéma qu’elle mérite sur les plans qualitatif et quantitatif. Les Africains ont à peine commencé à se voir par leurs propres yeux et à se raconter avec leurs propres mots et leurs propres images. »

Gaston KABORE – Cinéaste – entretiens avec Olivier Barlet – décembre 2007

« Et c’est parce que nous sommes fous que nous voulons introduire cet art dans l’enseignement du premier des trois derniers pays au monde où tout est prioritaire. C’est parce que nous savons les enjeux; les autres l’ignorent totalement encore. »

Evariste Pooda –  diplomé de l’ESEC (école supérieure de l’enseignement du cinéma – Paris) – formateur en cinéma audiovisuel au Burkina Faso.


Articles plus anciens

films en ligne, liens et synopsis

Les débuts

Le documentaire: une définition et quatre conditions

extrait du compte rendu de la mission d’Alexandre Ilboudo (mai 2012)

Travail urgent !

Offres Travail |
Universtream |
Presse Instants Ciné Séries |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Opowqqw
| Antihérosmoderne
| Lediona